Image

La différence entre le plan d’affaires et le planning d’affaires

Diapositive1

Après Guy Kawasaki qui nous a donné une petite piqure de rappel hier sur l’importance de se fixer des objectifs et de documenter ses stratégies et ses pivots, nous abordons aujourd’hui bien modestement un sujet d’une importance capitale dans la vie de tout entrepreneur.

Dois-je rédiger un plan d’affaires ? Par quoi dois-je commencer ? C’est quoi une proposition de valeur ? Tout plein de jolies questions qui ne trouvent pas (encore) de réponses. Il est peut-être temps de remettre tout ça en exergue et de vous émerveiller d’un de mes graphiques de la mort qui tue en faisant mal. Un schéma parle souvent plus que beaucoup de mots mis à la suite les uns des autres. Et comme on ne recule devant aucune dépense chez Catal!s, voici LE schéma de la semaine qui devrait vous faire prendre conscience de tout ce qu’on pourra vous dire à la télévision : j’ai nommé la différence entre le plan d’affaires et le business planning !

Le plan d’affaires en est le résultat qui devrait vous aider à clarifier votre proposition de valeur, la stratégie et le modèle d’affaires choisi. Ou l’inverse … Il existe une relation presque organique entre le plan d’affaires (le résultat mais aussi l’impulsion initiale : vous savez que vous devez faire un plan d’affaires pour communiquer aux autres votre intention) et le processus de planification qui y est attaché. Ce travail vous permettra d’affiner la vision de votre produit ou service, de valider votre stratégie d’accès au marché, les risques inhérents à votre activité et les hypothèses que vous avez faites « au doigt mouillé ». 

Un start-up pourrait être considéré en définitive comme une somme d’hypothèses risquées et d’inconnues angoissantes. Votre mission, à compter de ce jour, est donc d’apporter des réponses claires, précises et rationnelles (sous forme de graphiques, données, actions, collages, projections de peinture, …) à tous ces évènements qui ne manqueront pas de survenir dans la vie de votre entreprise. Rappelez-vous, un entrepreneur déteste le risque, il ne prend que des risques calculés …

Décidé à partir en affaires ? Venez nous rejoindre, nous avons des solutions pour vous.

Advertisements
Vidéo

Questions et réponses de la semaine #6

L’enregistrement des réponses aux questions reçues à la fin de la sixième semaine de cours de la deuxième cohorte chez Catal!s.
Thèmes abordés :
– Trouver son chemin
– Y a-t-il une cohérence entre les cours de Catalis ?
– Quelle proposition de valeur pour optimiser la satisfaction du client ?
– Dois-je vraiment y aller (go – no go) ?

Bien d’autres questions ont été abordées lors de cette session de questions et de réponses à bâtons rompus. Nous avons repris le format de la discussion qui aurait pu être un podcast pour cette semaine. Les deux prochaines semaines veront le retour des formats « micro learning ».

Vidéo

Q/R semaine 5 : l’innovation est-elle nécessaire à la création d’entreprise ?

Nouveau format pour les questions et réponses chez Catalis ! On écoute vos remarques et on essaie d’évoluer vers plus d’interactivité. N’hésitez pas à commenter les vidéos ou à poser vos questions.

Une autre question fondamentale à la création d’entreprise : dois-je forcément innover si je lance une entreprise ? La réponse ne se fait pas attendre : OUI !!! Trois fois oui. Tout dépend de la notion d’innovation en fait. Nous n’avons pas besoin d’un centre de Recherche et développement coûteux pour faire de l’innovation. Ecouter son client suffira amplement.

Si vous vous intéressez aux innovations de rupture, lisez la présentation SlideShare suivante et vous verrez ce que risquent les banques à ne pas innover. En fait, ce n’est pas l’innovation qui est un facteur bloquant mais bel et bien le manque d’innovation qui mène l’entreprise à sa perte.

Vidéo

Q/R semaine 5 : mon idée est-elle bonne ?

Nouveau format pour les questions et réponses chez Catalis ! On écoute vos remarques et on essaie d’évoluer vers plus d’interactivité. N’hésitez pas à commenter les vidéos ou à poser vos questions.

Une idée qu’on nous pose souvent : mon idée est-elle bonne ? Il faut savoir qu’une idée n’est pas bonne ou mauvaise. C’est une idée. Elle ne vaut que si on la met en pratique. La question devient alors : comment passer à l’action ? Pour le savoir, regardez cette courte de vidéo de 5 minutes !

Lien

PS05 : la démarche marketing

Dans ce dernier épisode de la semaine sur le marketing et le plan d’affaires, nous allons nous intéresser à la « démarche marketing » comme possible méthode pour prédire l’avenir. Ou le marketing comme boule de cristal ! Oui, vous avez bien entendu : on prédit en observant. Il s’agit du plus vieux système de prédiction du monde. Les assyriens nous l’ont appris avec l’invention de l’astrologie il y a plus de 5.000 ans. Ils cherchaient à deviner de quoi demain serait fait, savoir si les récoltes seraient bonnes.

Le roi n’avait qu’une obligation envers ses sujets : faire en sorte qu’il n’y ait pas de famine et que tout le monde (dans une certaine mesure) puisse manger à sa faim. En contrepartie, les sujets juraient obéissance au souverain. Si le souverain échouait dans sa tache (bien souvent considérée comme divine puisqu’il était le seul à pouvoir communiquer avec les instances supérieures), il était au mieux destituer ; au pire on le supprimait physiquement (on a bien coupé la tête de Louis XVI en France qui avait échoué à maintenir le prix du pain à un niveau acceptable !) Imaginez que le créateur d’entreprise est une sorte de roi dans un royaume à découvrir… Je vous déconseille vivement de décevoir vos sujets 🙂

Bref, je vous propose de considérer le marketing comme un outil prédictif qui vous donnera accès aux prévisions les plus folles et vous permettra surtout de bien dimensionner votre projet. Il vous permettra en outre de repérer les activités possibles en fonction de votre savoir-faire. Pour cela, il vous faudra sortir du confort douillet de votre « chez vous » sécuritaire et aller à la rencontre de votre client. De l’autre qui est en même temps un petit vous-même (c’est beau ce que j’écris même si je ne comprends pas toujours tout …) 😉 GET OUT OF THE BUILDING qu’on vous dit !!

On verra aussi les points (importants) suivants :

  • hiérarchiser les activités possibles
  • choisir les segments de marché ciblés
  • la matrice atouts-attraits de McKinsey
  • élaborer l’offre par segment
  • vérifier la cohérence de l’offre globale
  • organiser les actions de mise sur le marché

A vot’ bon coeur m’sieurs dames !

Lien

PS03 : Marketing et plan d’affaires

Après les cours sur le plan d’affaires et la création d’un momentum entre les business model, business plan et business planning, nous allons nous attarder cette semaine sur le chemin d’accès au marché. Le chemin d’accès à SON marché. En validant les réponses à des questions fondamentales :

  • est-ce que mon idée est bonne ?
  • existe-t-il un marché pour le projet ?
  • existe-til (le projet) ailleurs ?
  • vais-je pouvoir en vivre ?

… on cherche à réduire les risques et à prendre une décision : GO ou NO GO ? Y vais-je ou pas ? Telle est la question du créateur d’entreprise. A chaque étape de la création, il remettra sur l’ouvrage et se posera cette question fondamentale. Rappelez-vous qu’un créateur ne prend que des risques calculés.

Alors comment calcule-ton le risque inhérent au lancement de son projet ?

Simple mon capitaine : on fait une validation marché ! Au cas où vous ne l’auriez pas encore remarqué, tous les cours et ateliers de Catal!s tournent autour de cette idée simple qu’il est important d’aller voir son client (ou supposé tel) pour valider avec lui si nos hypothèses sont en accord avec son comportement. Si on ne fait pas cet exercice, nous n’avons aucun moyen d’anticiper les comportements des acteurs du marché et on se soumet au hasard. Ce qui peut rapidement devenir très inconfortable, croyez-moi !

Le marketing permet aussi de trouver une adéquation entre le créateur, son savoir-faire et ses compétences (ce qui est vendable à l’extérieur). C’est ce qui permet de donner du sens au marché et de se positionner par rapport à la concurrence notamment.

Dans cette première des trois parties de la semaine « Marketing et business plan », on va aborder les thèmes suivants :

  • combien les clients sont-ils prêts à dépenser pour acheter le produit ou le service ?
  • quelle est la perception du marché de ma solution ?
  • les savoir-faire, les savoir-être et les souhaits du porteur de projet
  • quel est l’arbre des possibles ?
  • les 2 approches complémentaires du marché
  • et l’innovation là-dedans ? (voir la note de synthèse à ce propos sur GeniusBee)
  • pourquoi une validation marché (étude marketing) ?
  • ce qui empêche la recherche d’information ?
  • personne ne nous attend sur le marché
  • mettre en place des schémas de crise
  • Anticipaction = anticiper les ruptures