Image

La clarté de l’esprit et la force de l’action (2/2)

Generation-Z-Infographic

Pierre Alzingre est le fondateur de Visionari, une agence de conseil française en innovation qui aide les marques et les entreprises autour de deux objectifs: développer la marque comme un symbole de qualité et de garantie, et concevoir l’innovation comme un outil de management et de pérennité pour l’entreprise. Visionari conçoit également des événements collaboratifs comme La Startup est dans le préStart’up Lycées ou Start’up Game dans les universités ou les écoles de commerce. 

AVEC L’ÉVÉNEMENT « START-UP LYCÉES« , VOUS AVEZ SOUHAITÉ DONNER VIE AUX IDÉES DE LYCÉENS. QUELLE LEÇON EN AVEZ-VOUS TIRÉE QUANT AUX ASPIRATIONS DE LA (TRÈS) JEUNE GÉNÉRATION D’ENTREPRENEURS?

Ce concours a été créé avec des professeurs dans un lycée, ainsi qu’avec des entrepreneurs. C’est un programme assez unique. Sature Lycées nous enseigne beaucoup sur la génération Z : cette génération est plus solidaire, plus entreprenante que les générations précédentes. Les lycéens actuels n’ont pas la peur de vivre moins bien que leurs parents (caractéristique propre à la génération Y) ou la trouille de perdre ce qu’ils ont (génération X). Ils sont hyper-digitaux, ils croient dans le collaboratif, ils font bouger les lignes. Les entreprises qu’ils créent sont collectives, ils savent associer les disciplines entre elles, et surtout ils savent essayer, tenter, oser. Je suis certain qu’ils vont faire exploser les régimes en place, non par la révolution, mais par une simple clarté d’esprit associée à la force de l’action. Quand le député de la circonscription de Lunel est venu (ville où s’est tenu le premier « Start-up Lycée » ), aucun lycéen ne lui portait d’attention car c’était un politique. Quand il a commencé à parler de son action concrète, de son entreprise, leur regard a changé. Car les Z croient à l’action, pas aux promesses.

Le projet gagnant du premier Startup Lycée est très significatif : « Kipoura » est un site internet qui permet l’orientation des lycéens…par des lycéens : test de personnalité et de valeurs, liens avec les anciens, algorithme affinitaire, etc. Une innovation qui entraîne une évolution de la fonction de conseiller d’orientation ! C’est un projet qui résume bien les lycéens : faire les choses ensemble, rapidement et avec des valeurs.

VOUS ÉCRIVIEZ RÉCEMMENT QUE « LES ENTREPRENEURS SE DEVAIENT DE DÉVELOPPER DES MARQUES OU DES CONCEPTS « VERTUEUX », PORTEURS « D’IDÉAUX ET DE VALEURS »« . LES ENTREPRENEURS SERAIENT-ILS DONC LES NOUVEAUX GARANTS D’UN MONDE MEILLEUR?

On sent en effet désormais la présence forte du consommateur-citoyen. Et les entrepreneurs sont plus visionnaires que les politiques sur ce domaine. Les marques doivent donc devenir des repères de qualité et d’engagement, et les entrepreneurs peuvent devenir des guides sur cette voie. Les politiques n’ont jamais été aussi fiers de défendre ces démarches vertueuses, ces fonctionnements agiles, car ils sont incapables de les promouvoir dans leurs systèmes administratifs ou leurs grands groupes publics cadenassés de l’intérieur.

Je crois au « marketing du bonheur », non pas pour promouvoir une consommation qui soit source d’équilibre, mais pour promouvoir une consommation provocatrice d’équilibre. C’est à dire promouvoir le bonheur, les petits bonheurs, amenés par la confiance, la tranquillité, l’assurance du bon produit et du bon service, qui est fabriqué en pensant au client, au salarié et à la planète.

QUEL A ÉTÉ VOTRE DERNIER EFFET « WHAOUH »?

Mon dernier effet « whaouh » a été pour les activités de l’entrepreneuse Aline Herbinet, qui aide les enfants hospitalisés à refaire du sport, un sport adapté qui participe à leur mieux vivre, à l’estime de soi et à la guérison. Son entreprise v@si développe un système de visioconférence permettant à ces enfants de faire du sport dans leur chambre, entraînés par un professionnel à distance. Elle a d’ailleurs créé récemment les premiers jeux olympiques des enfants hospitalisés, par visio, permettant ainsi à un jeune français de concourir avec un jeune italien en direct de leurs chambres respectives. Innovation, valeurs et engagement, un exemple qui parle aujourd’hui de ce que doit être le monde de demain.

Advertisements

Une réflexion sur “La clarté de l’esprit et la force de l’action (2/2)

  1. Nous sommes de la génération X : 1963 et 1959 pour mon conjoint.
    – Deux de nos enfants sont de la génération Y (1991 et 1993), la fin de cette génération
    – Nos 2 autres enfants sont de la génération X (1996 et 2000)

    Déjà je vois un écart entre mon dernier (2000) et mon aîné (1991) sur l’usage des tablettes, téléphones et tous les machins connectés à internet !
    et ça ne fait que commencer !

    Je passe pour un dinosaure quand j’explique que nous n’avions pas de calculettes à l’école, pas d’ordi, et que nous n’avions pas le droit de toucher au téléphone (recouvert à l’époque de son tissu doré kitch). Sans parler de la TV en noir et blanc et des programmes qui ne démarraient qu’à17h le soir et de l’absence de lecteur de DVD ou K7 en 1973, date de mon entrée au collège !

    Quels chocs de cultures, cela va nous faire en 2020 quand nos petits enfants ne comprendront pas que la salle de bain ou le congélateurs ne sont pas connecté à internet !!

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s