Image

Créer son propre ordi avec des legos (2/5)

10134

 

Suite de la série sur les « makers », la tendance du moment à venir 🙂

L’ordinateur Kano – l’un des plus grand succès de Kickstarter – sera lancé le mois prochain. Un ordi à assembler comme on joue avec des Legos, pour créer la techno plutôt que de la consommer…

Kano, imaginé par deux américains, est un ordinateur en kit aussi simple à assembler que le sont des pièces de Legos. Mais dont les performances vont bien au delà d’un simple jouet : livré en morceaux et conçu en open source, il vous permet de vous approprier complètement sa conception et de le modeler en fonction de vos vrais besoins. Et pas besoin d’être un ingénieur ni un geek : son assemblage est très simple et parfaitement ludique. Vous pourriez presque même le laisser monter à votre petit cousin. Kano se veut une alternative originale aux standards imposés par les géants de l’informatique qui distribuent les mêmes ordinateurs sur la planète entière, et s’adresse à « tous ceux qui veulent créer avec la technologie – et pas seulement la consommer« . L’an dernier, Kano est entré dans l’histoire de Kickstarter en récoltant 1,5 millions de $ en 30 jours. La bonne nouvelle du jour : les premières livraisons sont prévues pour le mois prochain !

Advertisements
Image

Idée business : comment devenir un « maker » (1/5)

242

Demain vous concevrez vous-même les objets dont vous avez vraiment besoin. Chez vous, grâce aux tutoriels, ou dans des FabLabs nourris à l’open-source, vous fabriquerez des ordis dans des feuilles de papier et des chaussures avec des micro-circuits. Bienvenue dans la Fablife…

Avez vous entendu parler des « Makers » ? Ces mordus du bricolage 2.0 tout terrain capables de concevoir aussi bien un ordinateur en kit, une bouteille d’eau mangeable ou de l’électronique de haut niveau avec une feuille de papier? Et bien demain, il se pourrait bien que vous preniez goût au « Making » : dans des Fablabs vous synthétiserez des objets sur-mesure que vous aurez imaginés à partir de plans open-source trouvés en ligne. Vous dégoterez les instructions de montage d’une moto en carton que vous monterez dans votre salon (le vélo existe déjà, voir la vidéo ci-dessous) avant de vous lancer sur la Route 66. Vous concevrez une enceinte Hi-Fi avec trois bouts de papier, vous fabriquerez vos chaussures, vos costumes, etc. Bienvenue dans la Fablife, la fabrique du non-standard.

En attendant, apprenez déjà à monter vous-même un ordi en Kit 100% personnalisable comme on joue avec des Legos. Puis imprimez sur une feuille de papier un haut parleur. Enfin, pour fêter cette liberté retrouvée, invitez vos amis autour d’une bière que vous aurez vous-même brassée dans votre cuisine…

Image

La 4ème révolution industrielle est en marche !

logo_couleur_mini

Un petit article pour vous parler d’une levée de fonds réussie sur KissKissBankBank, l’équivalent de Kickstarter en Europe, pour la création du premier café 3D au monde. Les imprimantes 3D, ça vous dit quelque chose ?

Le Café 3D, un double projet

De grandes enseignes de la distribution commencent à proposer des services d’impression 3D. Ce que propose le Comptoir de l’imaginaire, c’est un lieu convivial, humain, un véritable café dans lequel le client est accompagné par un personnel compétent dans la réalisation de ses créations 3D sur les imprimantes les plus performantes du marché.

Le client peut choisir de personnaliser les objets du catalogue du Comptoir de l’imaginaire ou de concevoir ses propres créations, les voir s’imprimer et repartir avec. Une expérience magique! En même temps, le café offre la possibilité de déguster une boisson ou un plat de la carte.

Un café, une 3D, c’est Le Comptoir de l’imaginaire!

Regardez le petit reportage ci-dessous, c’est édifiant. Les possibilités de l’impression 3D sont a priori sans limite …

 

Vidéo

Idée business : le bar à câlins

C’est la semaine du câlin chez Catal!s !!!

Au Tim’s Place, le patron accueille tous les clients en les serrant dans ses bras. Dans ce restaurant pas comme les autres, même Obama est venu recevoir un hug avant d’y déjeuner…

Tim Harris, le fondateur du Tim’s Place à Albuquerque, est en effet connu pour transmettre sa joie de vivre aux clients de son établissement. Atteint du Syndrome de Down, Tim a toujours rêvé d’ouvrir son propre restaurant. Et cet ancien champion paralympique y est parvenu l’an dernier grâce au soutien de ses parents et de son frère. Que mange-t-on chez Tim’s ? Des omelettes, des gaufres, des sandwiches… Jusque-là rien de très spectaculaire. Car ce n’est pas dans l’assiette que se trouve la grande originalité de ce restaurant à la notoriété croissante, mais dans la qualité de son accueil : à peine passé la porte, vous serez en effet accueilli par un hug chaleureux de ce personnage pas comme les autres. Un compteur à câlins a même été installé sur un mur de la salle pour mesurer la ferveur de Tim : plus de 35 000 hugs distribués aux clients à ce jour ! Même Barack Obama s’est laissé séduire par les marques d’affection de ce restaurateur original qui l’a pris dans ses bras comme n’importe quel autre client !

Chez Catal!s aussi, Elsa vous prendra dans ses bras si vous vous inscrivez à la session d’automne de « Lancement d’une entreprise ». Les 5 premiers inscrits auront en plus un bisou.

XOXOXO (gros bisou – gros câlin par 3)

7 astuces pour développer votre vision du monde

Un soupçon d’auto-promotion ne nuit pas.

Extrait d’une conférence donnée à HEC Montréal sur l’approche systémique et la conception « visioniste » dans la prise de décision entrepreneuriale. En gros, quelle grille de lecture appliquer aux changements profonds qui bouleversent l’actualité du moment.

Bonne lecture et n’hésitez pas à répandre l’amour autour de vous en partageant, encore et encore. Ce n’est que le début, d’accord, d’accord …

Image

Besoin d’affection ?

10131

Vous aimez les câlins d’affection ? Vous aimez faire une sieste ? Alors vous aimerez les bars à câlins où l’on fait une sieste entouré d’affection.

C’est au Japon – pays où sont nés les premiers bars à chats (vous savez, ces cafés où l’on vient siroter un expresso en caressant des félins) que le phénomène des bars à câlins est apparu en 2012. Le premier d’entre eux, le Soineya Cuddle Café (« bar du dormir ensemble » en japonais) situé dans le quartier d’Akihabara propose à ses clients des moments de « co-sleeping ». Rien de licencieux à priori…même si le site Internet fait apparaître des photos de jeunes filles en nuisette. En tout cas, on ne semble pas venir ici pour des prestations similaires à celles du Red Light District, mais bien pour être simplement entouré d’une présence réconfortante. Les cadres stressés en manque d’affection viennent s’y détendre 20 minutes (compter 25 euros) allongés à côté d’une « co-sleeper » éphémère. De nombreuses options sont proposées : se regarder dans les yeux pendant une minute (8 euros), massage de pieds, etc. Le concept a été importé aux Etats-Unis en 2013 où il a tenu trois semaines face aux protestations de la population locale. Pourtant le fondateur de la Snuggle House, convaincu que les câlins ont des vertus thérapeutiques, affirmait vouloir s’adresser d’abord à une clientèle de personnes âgées et de malades…et avoir disposé des caméras dans toutes les chambres pour éviter les dérapages.